Archives de catégorie : Dernières nouvelles

L’appui des Nations Unies au processus électoral

Suite à la proclamation officielle  des résultats du second tour de l’élection présidentielle par la Haute Cour Constitutionnelle suivie de la cérémonie d’investiture du nouveau président de la République, Andry Nirina Rajoelina, Madagascar a entamé à partir du 19 janvier dernier une nouvelle page de son histoire et le Système des Nations Unies salue la démocratie.

L’appui des Nations Unies au processus électoral coordonné au niveau du PNUD a été reconnu par la partie nationale notamment les institutions concernées par les élections dont la CENI et la HCC.

En effet Le système des Nations Unies à Madagascar a toujours soutenu les   efforts qui tendent vers le dialogue afin de pouvoir instaurer un climat apaisé dans le pays. En se référant au développement de Madagascar, le système des Nations Unies en collaboration  avec ses partenaires  reste aux cotés de la population Malgache et de Madagascar pour son soutien en faveur de l’atteinte des Objectifs de Développement Durables (ODD).

VISITE CONJOINTE AVEC S.E.M. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DE MADAGASCAR DANS LE SUD

«  Deux districts dans le Grand Sud, Beloha et Ampanihy, sont classés en phase Urgence selon le Cadre intégré de classification de l’insécurité alimentaire (IPC). En ce qui concerne Beloha, 4 communes sur 8 sont dans une situation d’alerte nutritionnelle », a déclaré Mme Violette Kakyomya, Coordonnateur résident du système des Nations Unies (SNU) et Présidente de l’Equipe humanitaire pays, dans son intervention en présence de S.E.M. le Président de République, d’ambassadeurs, de Représentants d’Agences des Nations Unies et des autorités locales, lors de la descente conjointe à Beloha, le 29 janvier 2019. Mme Kakyomya a brossé la situation dans cette zone ainsi que les actions menées par le SNU pour améliorer les conditions de vie de la population.

En effet, après l’urgence humanitaire de 2015 au 2017 causée par le phénomène El Nino, la situation humanitaire dans le Sud s’est nettement améliorée tout au long de 2017 et les actions étaient focalisées sur le relèvement précoce, la résilience et la protection sociale.

Cependant, l’apparition d’un nouveau phénomène El Nino depuis juin 2018 met à risque cette zone où les mauvaises conditions météorologiques ont entraîné une énorme perte de production agricole. Par conséquent, le Grand sud a été classé en situation d’alerte depuis juin 2018. Des interventions humanitaires précoces ont été menées, ce qui a permis d’éviter une situation d’urgence humanitaire généralisée entre juin et octobre 2018, à l’exception de Beloha et Ampanihy, d’où l’urgence des actions dans ces deux districts en urgence et en alerte nutritionnelles.

La descente conjointe a permis de constater l’évolution de la situation humanitaire, en particulier dans les districts les plus touchés, et d’échanger avec les communautés affectées et les autorités locales. Elle a également permis de montrer l’engagement de l’Etat malgache et de ses partenaires dans la réponse à cette situation et, enfin, de renforcer le message de mobilisation des ressources aussi bien pour les besoins humanitaires immédiats que pour les besoins à long terme autour de la Stratégie intégrée pour le développement du Grand Sud.

Les besoins d’intervention précoce et humanitaires qui correspondent à cette situation depuis juin 2018 s’élèvent à USD 43,1 millions, tandis que les besoins purement humanitaires pour sauver des vies qui restent à couvrir pour les 6 mois d’intervention (décembre 2018 à mai 2019) sont de USD 32,4 millions.

C’est la raison pour laquelle le Gouvernement malgache et l’Equipe humanitaire du pays se sont convenus sur la nécessité de lancer un Appel éclair (Flash appeal) le 20 décembre 2018 pour combler ces besoins.

La visite du Président de la République est opportune par rapport à la situation actuelle et a été appréciée par la population et les autorités locales. Les doléances se réfèrent notamment à la réhabilitation de la RN13, l’extension du pipeline et la mise en place du bloc opératoire. Le Système des Nations Unies a été remercié pour l’intervention de ses agences en appui à la population et aux autorités locales.

Durant cette descente conjointe, la délégation a pu visiter deux des projets qui ont permis l’amélioration des conditions de vie d’environ 50.000 personnes, à savoir le

  1. Le projet « Transfert monétaire » (cash transfer) à Beloha ville et
  2. Le pipeline d’Ampotaka

Grâce au projet de « cash transfert » à Beloha ville, 11 905 ménages ont reçu 2 transferts correspondant aux besoins alimentaires sur les 5 prévus par le projet. Avec l’argent, les familles bénéficiaires ont pu se charger de l’éducation des enfants moins de 12 ans. Des mères leaders ont pris des mesures d’accompagnement pour pérenniser les acquis.

Le projet de réhabilitation et d’extension du pipeline d’Ampotaka consiste en la réhabilitation des ouvrages existants, à l’extension vers Faux Cap, au dédoublement de conduite (entre Sampeza-Ampotaka et Tanamalangy-Tsihombe) ainsi qu’aux piquages vers 29 fokontany dont des constructions de 19 réservoirs et de 80 bornes fontaines.

En dehors de ces projets, plusieurs autres interventions des partenaires, y inclus les Agences du système des Nations Unies, sont en cours dans les domaines de l’agriculture, de la santé, de l’eau, hygiène et assainissement, des activités génératrices de revenu, etc.

 

 

 

Jeunes, acteurs de paix !

Le thème choisi cette année pour la Journée des Nations Unies était « Les jeunes, acteurs de la paix ». Une table ronde a développé la participation des jeunes au développement dans chaque secteur. Le coordonnateur résident a transmis le message du Secrétaire général des Nations Unies, M. Antonio Guterres. La célébration a également été l’occasion pour le personnel des Nations Unies à Madagascar de faire preuve de solidarité en fournissant des fournitures scolaires aux enfants des rues soutenus par l’association ManaoDE et le centre ATNAM. 200 sacs ont été distribués. Le code vestimentaire était le vêtement traditionnel et les meilleures robes traditionnelles masculines et féminines ont été récompensées. Finalement, la présence de footballeurs de l’équipe nationale BAREA a également marqué la cérémonie. Ils ont lancé un message pour le développement et ont accepté d’être partenaires de l’ONU dans la promotion des objectifs de développement durable (ODD).

Déclaration attribuable au porte-parole du Secrétaire général sur Madagascar

Déclaration attribuable au porte-parole du Secrétaire général sur

Madagascar

Le Secrétaire général salue la formation le 11 juin 2018 d’un nouveau gouvernement à Madagascar et la récente nomination de M. Christian Ntsay au poste de Premier Ministre, conformément à la décision du 25 mai de la Haute Cour Constitutionnelle. Il félicite les efforts du Président Hery Rajaonarimampianina et des acteurs politiques malgaches pour parvenir à un compromis dans l’intérêt du peuple de Madagascar.

 

Le Secrétaire général appelle tous les acteurs politiques à renforcer le dialogue pour consolider les acquis en matière de consolidation de la paix et de la démocratie dans le pays et pour ne pas compromettre les progrès vers un développement durable. Il réitère l’engagement des Nations Unies à soutenir des élections pacifiques, crédibles et inclusives cette année, conformément à la Constitution.

 

Le Secrétaire général salue également l’étroite collaboration actuelle entre les Nations Unies, à travers son Conseiller spécial M. Abdoulaye Bathily, et les partenaires internationaux, y compris l’Union africaine et la Communauté de développement de l’Afrique australe, pour soutenir le processus de dialogue et de réconciliation mené par les Malgaches.

 

Stéphane Dujarric, porte-parole du Secrétaire général

New York, 12 juin 2018

Conseiller Spécial du Secrétaire général, M. Abdoulaye BATHILY en visite à Madagascar

Le premier séjour de M. Abdoulaye Bathily à Madagascar, Conseiller Spécial du SG de l’ONU à Madagascar touche à son terme ce mercredi 16 mai 2018. Arrivé le 6 mai 2018 à Antananarivo, dans le cadre de la crise politique actuelle, le Secrétaire Général de l’ONU a dépêché son conseiller spécial pour appuyer les efforts de l’Union Africaine, de la SADC (Communauté du développement de l’Afrique Australe) et des autres partenaires internationaux.

Dans ce cadre, M. Bathily, appuyé par Mme Violette Kakyomya, Coordinatrice résidente du Système des Nations Unies à Madagascar, a rencontré plusieurs acteurs de la crise dont le Président de la République ainsi que les Chefs d’Institutions comme le Sénat, l’Assemblée Nationale, la Haute Cour Constitutionnelle (HCC), la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), la Commission pour le Fampihavanana Malagasy (CFM) et des Ministres compétents. Il a eu de nombreuses rencontres avec les anciens Présidents Ravalomamana et Andry Rajoelina. Il a également rencontré des parlementaires de la majorité et une délégation du groupe des 73 députés « pour le changement ».

Dans le cadre de la coordination des efforts de la médiation, M. Bathily s’est entretenu à plusieurs reprises avec les autres médiateurs dont le Haut Représentant de l’Union Africaine Ramtane Lamamra, l’Envoyé spécial de la SADC Joaquim Chissano, l’Envoyé spécial de l’Union Européenne Koen Vervaeke ainsi qu’avec des Ambassadeurs et Représentants des pays et organisations membres du groupe international de soutien à Madagascar. A cet égard, M. Bathily s’est réjoui de la parfaite identité de vue de la communauté internationale et de la cohésion dans les démarches, initiatives et messages du groupe des envoyés spéciaux.

En compagnie des autres envoyés spéciaux, M. Bathily a participé à plusieurs rencontres et à des consultations politiques de haut niveau avec les représentants des trois principaux partis politiques concernés : HVM du Président Rajaonarimampianina, MAPAR de Rajoelina, TIM de Ravalomanana.

Malgré les défis et certaines préoccupations exprimées par les parties prenantes rencontrées, le Conseiller Spécial du Secrétaire général de l’ONU a manifesté sa satisfaction devant la volonté exprimée et les propositions identifiées par les uns et par les autres dans la facilitation. Ces échanges ont pu aboutir à une volonté commune exprimée de conclure un accord politique en vue d’une sortie de crise pour restaurer un climat de paix et de sérénité pour aller à l’organisation des élections libres et transparentes dans le cadre de l’ordre constitutionnel.

Après des échanges intenses, une volonté des acteurs malgaches de renouer le dialogue en vue de trouver une solution acceptable par tous à cette crise, dans l’intérêt du peuple malgache, a été constatée. M. Bathily a réitéré ses encouragements aux responsables à tous les niveaux à poursuivre les efforts pour l’aboutissement heureux des initiatives ainsi engagées.

Enfin, l’Envoyé Spécial du Secrétaire général de l’ONU a réitéré la disponibilité et l’engagement des Nations Unies et de ses partenaires à continuer à appuyer ce processus pour des élections paisibles, transparentes et crédibles dans les délais prévus par la constitution.

Readout of the Secretary-General’s telephone call with H.E. Mr. Hery Rajaonarimampianina, President of Madagascar The Secretary-General spoke with H.E. Mr. Hery Rajaonarimampianina, President of Madagascar, this morning. The Secretary-General reiterated his call for political dialogue, offered his good offices, and agreed with the President to dispatch his Special Adviser, Mr. Abdoulaye Bathily, to Madagascar immediately. Mr. Bathily will work closely with the African Union and the Southern African Development Community. The Secretary-General calls on all stakeholders to extend their support and cooperate with his Special Adviser in the discharge of his duties. New York, 27 April 2018

Readout of the Secretary-General’s telephone call with H.E. Mr. Hery Rajaonarimampianina, President of Madagascar

The Secretary-General spoke with H.E. Mr. Hery Rajaonarimampianina, President of Madagascar, this morning.  The Secretary-General reiterated his call for political dialogue, offered his good offices, and agreed with the President to dispatch his Special Adviser, Mr. Abdoulaye Bathily, to Madagascar immediately.  Mr. Bathily will work closely with the African Union and the Southern African Development Community.  The Secretary-General calls on all stakeholders to extend their support and cooperate with his Special Adviser in the discharge of his duties.
 
New York, 27 April 2018

Déclaration du Système des Nations Unies à Madagascar sur les événements du 21 avril 2018 à Antananarivo, Madagascar.

Système des Nations Unies

 

22 Avril 2018

 

Déclaration du Système des Nations Unies à Madagascar sur les événements du 21 avril 2018 à Antananarivo, Madagascar.

 

A la suite des tristes événements de ce samedi 21 avril dans la ville d’Antananarivo, où de violents affrontements entre d’une part les forces de sécurité et d’autre part les parlementaires de l’opposition et leurs sympathisants qui ont occasionné des morts et des blessés, nous exprimons nos profondes sympathies envers la famille des victimes et souhaitons un prompt rétablissement aux blessés.

Nous nous adressons à tous les leaders politiques malgaches, et leur rappeler leur responsabilité pour préserver la paix, la sécurité et le respect des droits humains dans le pays.

En aucune manière, les désaccords politiques ne sauraient justifier des actes qui entraînent des pertes en vies humaines ni des atteintes à l’intégrité physique de la population.

Madagascar vient de sortir d’une crise politique il n’y a pas si longtemps. Les acquis qui ont été enregistrés depuis ces quatre ans et demi, en vue de rétablir l’Etat de droit et le respect des droits de l’Homme, doivent être préservés au profit de tout le peuple de Madagascar.

Nous appelons en conséquence tous les acteurs politiques à privilégier en toute circonstance le dialogue pour résoudre les désaccords. Les Nations Unies et ses partenaires se sont engagés pour les soutenir dans cet effort.

L’Organisation des Nations Unies est impliquée dans l’accompagnement de Madagascar pour la préparation des élections de 2018, en collaboration avec l’ensemble de ses partenaires. Les acteurs politiques et autres parties prenantes sont  encouragés  tous à  travailler ensemble, dans un climat de respect mutuel et de maturité politique, pour assurer un environnement apaisé pour  des élections libres, transparentes et crédibles dans  l’intérêt du  peuple  Malagasy.

Le système des Nations Unies continuera à travailler pour soutenir Madagascar dans ce processus démocratique. Nous   comptons sur le peuple Malgache et son attachement aux valeurs de démocratie de respect des droits humains et de culture de fihavanana pour préserver la paix et soutenir le développement du pays.

 

LE SECRETAIRE-GENERAL A LA RECEPTION A L’OCCASION DE LA JOURNEE DES NATIONS UNIES

Bangui

Le 24 Octobre 2017

C’était pour moi un devoir de venir célébrer la Journée mondiale des Nations unies en Centrafrique.

Un devoir de solidarité vis-à-vis du peuple centrafricain et des autorités démocratiques légitimes du pays.

Le succès de la paix, de la démocratie, des droits de l’homme en Centrafrique est le succès de la communauté internationale, le succès des Nations unies. Nous y sommes complètement engagés à vos côtés et je tiens à vous exprimer, Monsieur le Président, toute ma solidarité et toute la solidarité de l’Organisation des Nations unies.

Dans un monde où, malheureusement, il y a des troubles un peu partout, qui vit maintenant des menaces nucléaires, pour la première fois après des décennies, qui est complètement absorbé par le développement de nouvelles crises, il y a une tendance à oublier des situations comme celle de la Centrafrique. La Centrafrique est quelquefois trop loin, ou n’est pas une menace. Les terroristes ne sortent pas de Centrafrique. Et cela fait que la communauté internationale quelques fois ne s’applique suffisamment, ne s’engage suffisamment, ne mobilise suffisamment les ressources et capacités pour aider la Centrafrique à surmonter les difficultés réelles que votre pays subit en ce moment.

Et cette visite est une visite pour avertir la communauté internationale, et pour dire qu’il y a une opportunité pour la paix en Centrafrique. Il y a une opportunité pour la réconciliation en Centrafrique. Mais il faut que la communauté internationale s’engage. Et il faut qu’elle mobilise les ressources nécessaires pour vous appuyer dans la reconstruction du pays et dans la promotion de la paix et la réconciliation.

Nous suivons avec un énorme intérêt la politique d’ouverture que vous avez déclenchée, le dialogue que vous avez développé. Nous suivons aussi avec beaucoup d’intérêt l’engagement de l’Union africaine – notre partenaire essentiel pour les questions africaines. Nous sommes entièrement à vos côtés. Et nous demandons à la communauté internationale plus de solidarité vis-à-vis de la Centrafrique. D’ailleurs il y aura des questions concrètes. Nous sommes en ce moment, en nous adressant au Conseil de sécurité, […] demandant une augmentation de la force onusienne pour qu’elle puisse, avec des capacités accrues, appuyer d’une façon plus efficace vos démarches pour la sécurité dans le pays. Et j’espère que la communauté internationale nous appuiera.

Et cette visite est aussi une contribution pour donner à la communauté internationale une vision claire qu’il y a un problème, mais qu’il y a une opportunité et qu’il faut qu’elle s’engage.

Mais il y a aussi une deuxième opportunité pour cette visite. Et c’est d’être aussi avec mes collègues les Casques bleus. Nous avons aujourd’hui une situation dans le monde ou les opérations de [maintien] de la paix font face à des défis nouveaux. Il faut maintenir la paix dans des endroits où la paix n’existe [pas] entièrement. Il faut protéger les civils. Mais face à une prolifération de groupes armés, de milices qui ne respectent pas du tout les droits de l’homme.

Il faut en même temps coopérer pour que les processus politiques puissent avoir du succès. Mais pour cela il faut garantir une sécurité, qui dans les circonstances comme celles que nous vivons au Mali, en Centrafrique et dans d’autres pays, sont vraiment un défi qu’il faut surmonter. Et je voulais aussi être aux côtés de nos Casques bleus en Centrafrique pendant cette Journée mondiale des Nations unies pour leur exprimer [la fierté] que j’ai d’être leur collègue et tout mon appui [face] à leur courage, à leur contribution pour que notre monde soit un monde plus humain, soit un monde ou les droits soient plus respectés.

Nous sommes ici… je suis venu aussi avec […] la Secrétaire générale [adjointe] chargée d’être la voix des victimes, parce que parfois il y a des abus aussi dans l’action des forces de [maintien] de la paix, comme toutes les autres forces dans le monde, mais avec cette volonté de transmettre que les forces de [maintien] de la paix des Nations unies sont aux côtés du peuple centrafricain et qu’elles veulent contribuer pour que la réconciliation et la paix soient un succès dans votre pays.

Je profite de cette occasion, Monsieur le Président, pour vous remercier de votre accueil et de l’accueil chaleureux du peuple centrafricain. Un accueil tellement chaleureux qu’à un moment donné j’ai commis une petite violation des règles de protocole et je me suis adressé directement au peuple. Et j’ai senti cette chaleur, cet esprit de solidarité, cet esprit de paix et de réconciliation. C’est le peuple qui nous guide et je crois que, acceptant cette volonté très nette du peuple centrafricain de construire le futur du pays en paix, en sécurité, en démocratie, nous allons travailler ensemble avec encore plus d’enthousiasme, et j’en suis sûr nous allons réussir à transformer ce pays en une réalité d’un pays qui soit un pays exemplaire pour le continent africain et pour le monde.

Merci Monsieur le Président.

L’OMS et la Croix Rouge pour l’enterrement digne et sécurisé

Antananarivo, le 19 octobre – Le représentant de l’OMS et le Président de la Croix rouge Malagasy ont procédé à la signature du protocole de convention entre l’OMS et la Croix Rouge dans la salle de conférence du 1er étage de la maison commune des Nations Unies Galaxy Andraharo.
La cérémonie de signature a eu lieu en présence du Président mondial de la croix rouge et du Coordonnateur résident du Système des Nations Unies. La convention entre les deux parties porte sur l’enterrement digne et sécurisé des victimes de la peste.
Des présentations sur la situation actuelle et la prise en charge ainsi que le protocole sur l’enterrement digne et sécurisé ont eu lieu avant la signature proprement dite. Des experts venant du siège et du bureau régional de l’OMS sont venus en appui pour mieux faire face à la riposte.

Informations du 18 /10/2017
12/22 régions sont touchées. 23/114 districts ont rapportés des cas de peste dont 11/114 confirmés.
Jusqu’à maintenant on compte 1032 cas dont 333 nouveaux cas. 695 cas de peste pulmonaire et 247 cas de peste bubonique et 1 cas de peste septicémique. 89 décès ont été enregistrés dont 47 décès pour la peste pulmonaire et 22 pour la peste bubonique.

Pour la prise en charge 4080 contacts ont été suivis dont 1706 sont à la fin du suivi cette semaine. Ceci facilite le rupture de la chaîne de transmission. En effet la riposte tourne autour de quatre piliers: l’interruption de la chaîne de transmission, le soin des patients , la prévention de la propagation et l’efficacité du système de coordination.

Dans le plan de riposte, le BNGCR assure la coordination. Il y a également la cellule de crise au niveau du Ministère de la santé, 5 commissions ont été mises en place avec les task forces multisectorielles et les clusters .
1800 agents communautaires ont été formés et suivi par 340 superviseurs.
Une surveillance et un contrôle sanitaire ont été mis en place au niveau aéroportuaires.
09 centres de traitements ont également été mis en place dont 06 à Antananarivo, 01 à Tomasina, 01 à Fénérive Est et 01 à Fianarantsoa. Deux autres seront bientôt mis en place dont 01 à Antananarivo et 01 à Antsirabe.
10 ambulances sont opérationnelles dont une à Tamatave et 9 à Antananarivo.
Des mobilisations sociales à travers des messages clés ont été menées et une ligne verte 910 est à la disposition des usagers.
Afin de mieux s’approcher du public, des briefings des journalistes ont été organisés et des campagne de désinfections et de dératisation ont été aussi menées.
La mobilisation des ressources, le renforcement de la coordination, la question sur comment combler le gap logistique et le renforcement de la surveillance constituent les défis majeurs qui reste à surmonter.
Le SNU lance la collaboration avec tous les partenaires afin de stopper la propagation de l’épidémie.

Réponse à l’épidémie de la peste

Pour appuyer la riposte face à l’épidémie de la peste, de nouveaux matériels et équipements ont été remis ce jour par les partenaires internationaux comme l’ OMS Madagascar​ et USAID Madagascar​ et l’ UNICEFMadagascar​ en présence de la Présidence de la République de Madagascar​ pour aider le gouvernement à renforcer les actions de riposte face à l’épidémie de peste. Les détails sur les photos