Archives de l’auteur : Rija Emadisson

LE SNU ET SES PARTENAIRES APPELLENT UNE AIDE DE 20 MILLIONS DE DOLLARS POUR 250 000 PERSONNES TOUCHEES PAR LE CYCLONE ENAWO À MADAGASCAR

(Antananarivo, 23mars 2017) – Les Nations Unies et les partenaires humanitaires ont lancé un appel pour une aide de 20 millions de dollars pour faire face aux conséquences dévastatrices du cyclone Enawo à Madagascar.

Le cyclone Enawo a frappé les côtes de Madagascar en tant que un cyclone de catégorie 4, le 7 mars, causant des dégâts considérables à cause des vents violents et des inondations dans le Nord-Est du pays. Entre le 8 et le 10 mars, le cyclone a tracé un arc tout au long de la grande l’île, apportant de fortes pluies et des inondations dans les régions du Centre et du Sud-Est.Au moins un quart de million de personnes dans les zones les plus touchées ont besoin d’une aide humanitaire et d’une protection urgentes pour sauver des vies. Le Gouvernement a déclaré un état de sinistre et a demandé un appui international.

« Tout en réitérant le message de Son Excellence Monsieur Hery Rajaonarimampianina, Président de la République de Madagascar, malgré le fait que 200 000 kilomètres carré, soit 11 des 22 régions ou 58 districts sur les 119 de Madagascar ont été affectés par le cyclone, Madagascar se ressaisira et ne sera pas laissée à la traîne.Madagascar est confiant qu’ensemble, la communauté internationale, le peuple malgache, le Gouvernement et toutes les parties prenantes, réussiront à surmonter les épreuves engendrées après ENAWO »a déclaré SEM. Bary RAFATROLAZA, vice-ministre des Affaires étrangères de Madagascar, notant que le Bureau National deGestion des Risques et des Catastrophes et les autorités locales distribuent du riz à plus de 9 000 personnes dans la région de Sava et le district de Maroantsetra, où l’impact de la tempête a été le plus ressenti. « Nous sommes bien préparés à protéger nos citoyens en cas de catastrophes naturels, mais compte tenu de l’ampleur des dégâts, nous devons travailler avec nos partenaires internationaux pour sauver autant de vies que possible. »

Les familles les plus vulnérables des zones touchées par le cyclone ont déjà besoin d’aide pour rétablir l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, reconstruire les maisons endommagées et remplacer les vivres perdus. Immédiatement après la tempête, les familles ont déclaré n’avoir que deux à trois semaines de nourriture restante, tandis que les cultures qu’ils avaient réussi à planter ont été balayées par les eaux de crue.

Dans certaines régions, les pertes agricoles atteignent jusqu’à 85 pour cent des cultures de subsistance, alors que plus de 1300 puits – la principale source d’eau des ménages – sont inondés et contaminés. Les dommages causés au niveau des infrastructures de santé et d’éducation sont importants, avec plus de 100 centres de santé et 3 300 salles de classe ont été endommagés.Sur les quelques 250 000 personnes qui ont cherché refuge dans les centres d’évacuation pendant la tempête, plus de 5 300 des plus vulnérables restent dans les sites de déplacements, n’ayant aucun foyer où retourner.

« Les Nations Unies saluent le leadership du gouvernement de Madagascar, à la fois pour évacuer les populations menacées par la tempête avant son arrivée et pour mobiliser la riposte nationale et internationale au cyclone », a déclaré VioletteKakyomya, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies à Madagascar. «Nous travaillons en étroite collaboration avec les autorités nationales et locales pour répondre aux besoins des personnes touchées par la tempête.», a-t-elle ajouté.

En plus de fournir une assistance en matière d’eau, d’assainissement et d’hygiène à 168 000 personnes, 20 millions de dollars serviront à financer une aide alimentaire à 170 000 personnes et aideront plus de 230 000 agriculteurs dans le repiquage des cultures perdues et le remplacement du bétail disparu. Quelques 20 000 familles qui ont perdu leur maison ont besoin d’un refuge d’urgence et plus de 100 000 enfants dont l’accès à la scolarité a été compromis par des dommages causés par les tempêtes quelques jours auparavant, ont besoin d’espaces d’apprentissage temporaires.

Remise de dons pour les sinistrés du cyclone ENAWO

Antananarivo, le 15 mars 2017 – La cérémonie de remise de dons  pour les sinistrés du cyclone ENAWO a eu lieu à la Primature entre le Gouvernement et le Système des Nations Unies (SNU) à Madagascar.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre des réponses communes du SNU au c

yclone Enawo qui a causé des dégâts et pertes importants le long de sa trajectoire du Nord-Est au Sud-Est du pays, en passant par la Capitale.

Le montant total des dons remis au gouvernement par le SNU s’élève à 8,3 millions USD.

Ces dons sont composés de médicaments, de trousses sanitaires d’urgence, de vivres, d’articles humanitaires ainsi que de fournitures et du matériel pour les opérations de secours venant des agences du  Système des Nations Unies dont l’UNICEF, le PAM, l’OMS, l’UNFPA, la FAO.  (Liste en annexe) .

Le PNUD et l’OCHA financeront une partie des besoins en appui logistique pour acheminer ces articles humanitaires dans les meilleurs délais.

Une partie de ces dons a été importée suivant les besoins et une autre partie provient des stocks de contingence des agences onusiennes à Madagascar en réponse à une partie des besoins prioritaires de la population  affectée par le cyclone.

Ces dons remis à la primature viennent s’ajouter aux précédentes donations des kits d’hygiène,  des vivres et des matériaux déjà octroyés aux sinistrés, la semaine dernière après le passage du cyclone.

Selon les évaluations, on estime que les ménages ne disposent que de deux à trois semaines de stocks alimentaires. En effet, la disponibilité des denrées alimentaires pourrait constituer un défi dans certaines régions isolées ou dont les voies d’accès et routes ont été endommagées, et l’arrivée des médicaments aidera à sauver des vies.

Selon le rapport de situation du 14 mars 2017, 328 927 personnes sont touchées par le cyclone dont 78 895 personnes déplacées, 238 blessés, 21 personnes disparues. Le nombre de décès dû au cyclone est passé à 51. Des inondations répandues mais en grande partie temporaires ont été enregistrées sur le sillage du cyclone. Les eaux se retirent rapidement dans de nombreuses régions. Le retour des conditions météorologiques favorables le 9 mars 2017 a permis les premières évaluations ; mais l’ampleur de l’impact du cyclone nécessite encore quelques jours d’évaluation ; une grande partie des zones les plus touchées sont éloignées, avec des réseaux de communication et des conditions d’accès difficile.

Des missions d’évaluation, menées par le gouvernement par l’intermédiaire du Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes (BNGRC) et soutenues par les agences des Nations Unies, les ONG et la Croix Rouge Malagasy sont en cours. Les données sont compilées toutes les heures.

Devant l’ampleur des dégâts causés par le Cyclone, le SNU félicite l’Etat Malgache pour ses efforts et son leadership forts pour les réponses immédiates apportées aux sinistrés, notamment à travers les initiatives du BNGRC dans les actions de  pré positionnement, de renforcement de système d’alerte, de sauvetage et de protection civile.

Rappelons que le gouvernement et les partenaires humanitaires ont déjà lancé des activités d’intervention en utilisant les fournitures disponibles au niveau du  pays. Des articles de secours ont été prépositionnés dans 15 districts avant l’arrivée du Cyclone Enawo pour pourvoir aux besoins liés à la sécurité alimentaire, à l’éducation, à la santé, à la nutrition, au logement, à l’eau et à l’assainissement, et à la protection. Des fournitures supplémentaires ont été déployées dans les régions de Sava et Analanjirofo le 10 mars 2017 et la distribution des kits s’est poursuivi les jours suivants.

Devant les dommages importants dans le Nord-Est du pays et  dans une grande partie du reste de Madagascar, le Système des Nations Unies  continuera à soutenir le gouvernement malgache  dans ses efforts  de mobilisation de ressources afin de fournir des aides  aux  populations affectées par le cyclone, notamment les plus vulnérables.

 

Politique nationale de la jeunesse

Antananarivo – 15 mars 2017, Lancement officiel de la Politique Nationale de la Jeunesse. La PNJ est fondée sur le protection des jeunes, la promotion de l’épanouissement et de l’autonomie des jeunes ainsi que de la participation et codécision. Elle vise à avoir une nouvelle vision de la jeunesse, éprise des valeurs morales et universelles de l’identité culturelle malagasy, garantie d’une vision de société ouverte pluraliste, respectueuse de l’unité et à forte cohésion sociale

LE GOUVERNEMENT DE MADAGASCAR ET LE PAM APPORTENT UNE ASSISTANCE D’URGENCE AUX PERSONNES AFFECTEES PAR LE CYCLONE ENAWO

ANTANANARIVO, 11 mars 2017 – En appui au Gouvernement de Madagascar, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) a commencé, ce 11 mars, une assistance d’urgence à 20 000 personnes déplacées et accueilies dans des sites d’hébergement temporaire à Antananarivo, suivant le passage du cyclone ENAWO; distribuant dans un premier temps 100 tonnes de vivres d’une valeur d’environ 72 000 dollars. “Au lendemain du passage du cyclone, les communautés les plus affectées sont démunies et se trouvent dans une situation précaire. Certains ménages ont vu leurs moyens de subsistance détruits. Il est donc crucial de leur fournir une aide d’urgence pour les accompagner durant ces moments difficiles” souligne Moumini Ouedraogo, Représentant du PAM à Madagascar. Ces opérations sont menées en collaboration avec les partenaires humanitaires comme la Croix Rouge Malagasy et l’ONG Sandratra et sous la coordination du Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes. Il est important de souligner que le Gouvernement Malagasy s’est fortement impliqué en cette période d’urgence en encourgeant la coordination des actions de réponses et les remontées regulières des informations via les collectivités deconcentrées et decentralisées , appuyé par les comités en GRC afin qu’une décision rapide et ciblée soit prise pour la mise en oeuvre des actions concrètes sur le terrain. Par ailleurs, 30 tonnes de biscuits énergétiques du PAM sont prévues d’arriver de Dubai à Antananarivo dans les prochains jours et pourraient être distribuées dans les régions du nord-est et de l’est si les besoins sont confirmées par les évaluations en cours. En tant que Chef de file du Secteur Logistique, le PAM est en train d’explorer les différentes possibilités d’acheminer par voie aérienne ces vivres, mais également des kits WASH et autres articles de secours des partenaires humanitaires, vers les zones les plus sévèrement touchées dans l’est et le nord-est du pays. En outre, le PAM participe aux missions d’évaluation qui ont débuté le 9 mars dans les régions du nord-est. Avant le début de la saison cyclonique, le PAM a prépositionné 454 tonnes de nourritures (céréales, légumineuses et huile végétale) dans ses magasins à Anananarivo, Farafangana et Toamasina qui pourront être mobilisées pour une assistance d’urgence ou de relèvement précoce selon les besoins. Le PAM est la plus grande agence humanitaire qui lutte contre la faim dans le monde en distribuant une assistance alimentaire dans les situations d’urgence et en travaillant avec les communautés pour améliorer leur état nutritionnel et renforcer leur résilience. Chaque année, le PAM apporte une assistance à quelque 80 millions de personnes dans près de 80 pays.

 

Les premières réponses d’urgence s’établissent dans la SAVA

Antalaha, le 10 mars 2017 –  Trois jours après le passage du cyclone Enawo dans les régions Nord Est de Madagascar, le bilan s’alourdit. « Plusieurs zones dans la région SAVA restent enclavées, le déblayage des routes se poursuit afin de rétablir la circulation, le problème d’accès subsiste dans plusieurs Fokontany », constate la délégation du Système des Nations Unies à Madagascar dirigée par le Coordonnateur résident Mme Violette Kakyomya en déplacement dans les sites affectés par le cyclone depuis hier.

Le Système des Nations Unies travaille en étroite collaboration avec le gouvernement à travers les différents ministères, le Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes (BNGRC) ; les autorités locales, les acteurs humanitaires dans cette mission d’évaluation sur terrain. Une rencontre avec le Secrétaire Exécutif adjoint du BNGRC responsable du centre des opérations sur place a eu lieu à Antalaha pour discuter de la situation.

Parmi les premières réponses,  le Système des Nations Unies à Madagascar à travers l’UNICEF met à disposition  un don de 45 000 sachets pour le traitement et la purification de l’eau pour 2000 familles, et prévus tenir  dix jours. Chacun de ces sachets correspond au traitement de 10 litres d’eau. Des biscuits énergétiques seront également distribués aux enfants par le PAM.

La délégation du Système des Nations Unies en mission à Antalaha a déploré l’état des plantations de vanille détruites à cent pour cent. La riziculture est détruite à 80% alors que c’est la période de récolte. Des palmiers sont décimés.  La coupure d’électricité subsiste et la population utilise l’eau des puits et de la rivière.  Le Chef de District d’Antalaha, Bevazaha Marie Annick, a expliqué à la délégation les démarches qui sont en cours pour aider la population, y compris la réhabilitation des routes pour l’assistance aux personnes déplacées.  

Visite de Madame Charlotte Ridung, Chargée Principale des Operations du Bureau Regional du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Refugies (HCR) basé en Afrique du Sud.

Le Premier Ministre Olivier Mahafaly Solondrasana a reçu le 26 janvier à Mahazoarivo, Madame Violet Kakyomya, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies et Madame Charlotte Ridung, Chargée Principale des Operations du Bureau Regional du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Refugies (HCR) basé en Afrique du Sud.

Cette rencontre fait suite à la mission de MmeVeronica Modey-Ebi, ReprésentanteRégionale Adjointe du HCR en novembre dernier, qui, à cette occasion, a eu le privilège de discuter avec SE Monsieur le Président de la République de Madagascar.

En s’y référant, Mme Ridung a félicité le Gouvernement de ses efforts récents pour éliminer la discrimination de genre dans le Code de la Nationalité quant à la faculté de la mère de transmettre sa nationalité à ses enfants, indépendamment de son statut matrimonial. Elle a ensuite abordé la tenue éventuelle d’une conférence des Iles de l’Océan Indien relative à la protection internationale des réfugiés et des apatrides dans la sous-région, proposition qui a eu l’accord de principe du Premier Ministre. Enfin, elle a réitéré la disponibilité du HCR à appuyer le Gouvernement malgache dans le processus de ratification des conventions internationales et continentales en matière de réfugiés et d’apatrides, relevant du mandat de cette agence onusienne, et de leur mise en œuvre.

Journée de l’industrialisation de l’Afrique – 50 ans de l’ONUDI

Journée de l’industrialisation en Afrique et 50 ans de l’ONUDI

24 novembre 2016 au Salon de l’Industrie de Madagascar, Zone Forello Tanjombato

Remise de dons à l’Akany Avoko, Faravohitra

Remise de couvertures aux filles et femmes de l’Akany et de collation

Représentante régionale adjointe du HCR (Haut-commissaire pour les réfugiés), Mme Modey-Ebi

La représentante régionale adjointe du HCR (Haut-commissaire pour les réfugiés), Mme Modey-Ebi, a effectué une visite officielle à Madagascar du 31 octobre au 4 novembre 2016 pour rencontrer des représentants du gouvernement concernant le code de la nationalité et la ratification des instruments internationaux sur la nationalité. Le dernier jour de sa mission, elle a eu une audience avec le Président de la République au cours de laquelle le CINU Antananarivo a assuré la couverture photo.

Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l’homme et l’environnement, John H. Knox

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l’homme et l’environnement, John H. Knox, a effectué sa première visite officielle à Madagascar du 25 au 31 octobre 2016 afin d’évaluer comment le pays protège et promeut les droits de l’homme en matière de protection de l’environnement. L’UNIC Antananarivo a fourni un support de communication ainsi que des arrangements pour les médias pendant la visite. Le Rapporteur spécial a noté que le Gouvernement malgache avait pris d’importants engagements pour protéger les droits de l’homme liés à l’environnement. Sa Charte environnementale stipule que chacun a le droit fondamental de vivre dans un environnement sain et équilibré et reconnaît spécifiquement plusieurs droits tels que le droit à l’information, la participation et l’accès à la justice ainsi que les impacts que les atteintes à l’environnement peuvent avoir sur les aspects sociaux et économiques de la vie.

Au cours de sa visite de sept jours, à l’invitation du Gouvernement, l’expert en droits de l’homme a rencontré des fonctionnaires et des experts gouvernementaux, ainsi que des représentants de la société civile. Il a terminé sa visite par une séance de restitution au ministère des Affaires étrangères et a présenté ses observations préliminaires sur la visite lors d’une conférence de presse le dernier jour de la mission, le lundi 31 octobre à l’ONU