Riposte contre la rougeole

LES NATIONS UNIES AUX COTES DU GOUVERNEMENT MALGACHE ET FAIT DU PLAIDOYER  POUR LUTTER CONTRE LA ROUGEOLE

Dans le cadre de l’organisation de la riposte contre l’épidémie de la rougeole, une réunion s’est tenue le mardi 15 janvier 2018 à la primature, Mahazoarivo sous l’égide de SEM. le Premier Ministre, Chef du Gouvernement. Il s’agit d’une réunion d’échange d’information, de clarification sur la situation actuelle face à cette épidémie de la rougeole. La discussion a été axée sur la situation de l’épidémie, l’état actuel de la riposte, les principaux défis rencontrés,  les besoins et les contributions des parties prenantes.

En effet, une épidémie de rougeole s’est déclarée depuis l’année dernière, plus précisément le 4 octobre 2018 dans le district sanitaire d’Antananarivo Renivohitra. Actuellement, 65 districts sont entrés en épidémie dans les 22 régions.  19 283 cas ont été rapportés dont 370 confirmés IgM+ à la date du 5 janvier 2019. Des actions de mobilisation des ressources ont été menées afin de pouvoir couvrir les besoins en riposte à cette épidémie.

Rappelons que la campagne de vaccination a été lancée le 14 janvier 2019 avec les vaccins disponibles pour les enfants entre 9 mois et 9 ans. Plus de 7 millions d’enfants sont ciblés durant les 3 phases de la campagne. Le fonds nécessaire pour la mise en œuvre est de 3.743.846 $ pour la première phase.  La situation actuelle montre 100% de couverture des besoins avec la contribution du Gouvernement, de l’UNICEF, de l’OMS, du MRI de l’USAID, du CRS et de l’Ambassade de France. Pour la deuxième phase il faut encore 4 024 412 $. Malgré la contribution du gouvernement, l’Union Européenne, l’UNICEF, la COI, la GAVI et l’OMS, il reste encore 790 000 $ à couvrir. La troisième phase avec un coût total de 1 790 000$ nécessite 100 % de ressources.

Le gouvernement et le SNU ont fait un plaidoyer en faveur des donateurs pour couvrir les besoins. Selon le Premier Ministre, il faut la mobilisation de tous pour lutter contre l’épidémie. Il demande l’implication des chefs religieux et traditionnels, des directeurs des écoles, des responsables communautaires. Il faut également assainir le milieu pour une meilleure gouvernance. Il faut également renforcer la base de données pour de meilleurs résultats et pour doter Madagascar d’un système fiable qui permettra le suivi de l’évolution de l’épidémie. Enfin, il faut renforcer le système de couverture de vaccination afin de sauver des vies.

La réunion à Mahazoarivo a vu la participation du gouvernement, des membres du corps diplomatique et des organismes internationaux. Le système des Nations Unies à Madagascar a été représenté par le Coordonnateur résident et des Chefs d’agences.

Madame Violette Kakyomya, coordonnateur résident du SNU et Président du groupe humanitaire a remercié le gouvernement pour avoir organisé cet échange car c’est grâce à la contribution de tous qu’on a eu des succès sur des actions menées auparavant. Elle a également remercié les partenaires et les incite à combler le gap. Elle n’a pas manqué de remercier le gouvernement pour les réponses qu’il a déjà apporté ainsi que l’implication des secteurs clés comme le Ministère de l’éducation, le Ministère des finances ainsi que le Ministère de l’intérieur en appui au ministère de la santé.  Elle a beaucoup apprécié la contribution financière du gouvernement pour l’achat des vaccins et l’implication des leaders religieux.

Comme l’épidémie commence à affecter les pays voisins, il faut multiplier les efforts.