Génocide, plus jamais !

Les murs du Ministère des Affaires Étrangères, à Anosy, ont abrité ce 20 avril 2018 la 24ème commémoration du génocide commis, en 1994, contre les Tutsis au Rwanda. La cérémonie a compté la présence des Autorités Gouvernementales, des membres du Corps Diplomatique, de la Société civile et des jeunes universitaires malagasy. Organisée par la Communauté Rwandaise à Madagascar, avec le soutien du Ministère des Affaires Étrangères et du Système des Nations Unies à Madagascar, cette journée a été un cadre de recueillement, de mémoire, et de réflexion sur les atrocités perpétrées au Rwanda il y’a 24 ans de cela. La cérémonie a débuté par l’accueil des invités par le Ministre des Affaires Étrangères, suivie d’une minute de silence ainsi que d’une prière en la mémoire des plus de 800 000 hommes et femmes Tutsis, Hutus modérés et Twa qui ont perdus la vie pendant cette sombre période. Des cierges ont été allumés par les participants afin de symboliser l’âme des disparus et l’importance du souvenir. Ensuite, l’allocution du Coordinateur Résident des Nations Unies à Madagascar, Madame Violette Kakyomya, a permis de partager avec l’assistance le message de Monsieur Antonio Guterres, Secrétaire Général de l’ONU, à l’occasion de la 24e commémoration du génocide du Rwanda. De ce message, il est utile de retenir la responsabilité de tous les peuples car « il est impératif que nous conjuguions nos efforts pour empêcher que de telles atrocités se reproduisent » afin que « ce qui s’est produit au Rwanda ne se reproduise jamais, là ou ailleurs ». Le représentant de la Communauté Rwandaise à Madagascar, Dr. Jovith Ndahinyuka, a remercié le gouvernement d’avoir accueilli cette cérémonie au sein du Ministère des Affaires Étrangères. Au cours de son allocution, il a par ailleurs expliqué la démarche de résilience du peuple Rwanda qui a réussi à se relever de ces massacres et à vivre ensemble en forgeant une nation unie et prospère. Enfin, les allocutions de Monsieur Henry RABARY-NJAKA, Ministre des Affaires Étrangères a également permis de partager la solidarité de l’État malgache avec le peuple rwandais, mais aussi d’inciter le peuple malgache, en particulier les jeunes, à demeurer des artisans de la paix et de la résolution pacifique des conflits.