CONFÉRENCE DE PRESSE CONJOINTE AVEC S. E. M. HERY RAJAONARIMAMPIANINA, PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MADAGASCAR

CONFÉRENCE DE PRESSE CONJOINTE AVEC S. E. M. HERY RAJAONARIMAMPIANINA, PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MADAGASCAR

Antananarivo, le 11 mai 2016

Manao ahoana e! [« Bonjour »]

Je suis très heureux de visiter pour la première fois ce beau pays en tant que Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies.

Je tiens à remercier le Gouvernement et le peuple malgaches de leur accueil très chaleureux.

J’ai eu à plusieurs reprises des réunions fructueuses avec des acteurs nationaux et internationaux, dont le Président de la République, les Présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale, des membres du corps diplomatique, l’équipe de pays des Nations Unies, des partenaires de développement, des organisations de la société civile et des dirigeants d’entreprise. J’ai également eu l’honneur de prononcer un discours devant le Parlement.

À chaque fois, j’ai mis l’accent sur la construction d’un avenir nouveau.

Comme chacun sait, Madagascar se heurte à de nombreuses difficultés, notamment la pauvreté et la sous-nutrition. Le pays dispose pourtant d’importantes ressources naturelles et d’une diversité biologique extraordinaire. En outre, ses habitants ne demandent qu’à réaliser leur potentiel.

Au Congrès, j’ai félicité les parlementaires pour leur dynamisme et leur détermination. Je les ai exhortés à lutter contre la corruption et le trafic d’espèces menacées d’extinction, et à défendre les droits de l’homme. J’ai également insisté sur le fait qu’ils avaient la responsabilité de promouvoir l’intégration et la participation.

L’instauration d’un climat de confiance, de liberté et d’équité sera bénéfique à tous les Malgaches.

Dans toutes mes réunions, j’ai parlé de la situation politique du pays et de la nécessité de promouvoir un développement sans exclusion et la primauté des droits de l’homme. J’ai souligné qu’en aucun cas, on ne pouvait justifier des violations des droits de l’homme par des opérations militaires.

Le Programme de développement durable à l’horizon 2030 peut aider Madagascar à entrevoir un nouvel avenir. Je me félicite qu’il reçoive le soutien d’un grand nombre de représentants de l’État et de partenaires de développement. L’Organisation fera tout son possible pour aider le pays à atteindre les objectifs de développement durable.

Je me réjouis également que Madagascar fasse partie des plus de 175 pays qui ont signé l’Accord de Paris sur les changements climatiques. J’ai demandé instamment au Parlement de le ratifier sans tarder.

Il est extrêmement important que le pays reste sur la voie de la réconciliation nationale et bâtisse une paix durable.

La bonne gouvernance, le principe de responsabilité et la stabilité jouent un rôle essentiel dans le développement durable.

Je suis convaincu qu’avec sagesse et détermination, Madagascar peut ouvrir la voie à un avenir meilleur pour tous ses citoyens et tenir une place plus importante sur la scène mondiale, sous la direction de Mr. Le Président.

Mesdames et Messieurs,

Après les Seychelles et Maurice, Madagascar est la dernière étape de mon voyage dans trois pays de l’océan Indien.

J’ai été ébloui par la beauté spectaculaire de la nature et davantage encore par la générosité de la population.

Ces trois pays ont tout à gagner des objectifs de développement durable, de l’Accord de Paris et du prochain Sommet mondial sur l’action humanitaire organisé à Istanbul, Turquie.

Finalement, je suis très touché par vos mots envers moi. Après mon mandat en tant que Secrétaire général, je [tiendrai] un rôle en tant qu’Honorary Ambassador’ pour votre pays.